Le site internet
 
cliquez sur le logo
Derniers sujets
» pêcher à Montévrain
Dim 6 Juil - 11:24 par franckj77

» ETANG DE LA LOY
Mer 28 Mai - 22:54 par kunfuka

» le brochet dans cet étang
Mer 28 Mai - 22:45 par NGdelareynie

» 1er essai au BEP N22
Sam 21 Sep - 21:34 par franck77

» Ce Forum n'est plus actif..ALLEZ sur le Forum Officiel.
Lun 22 Juil - 18:02 par kunfuka

» Ouverture carnassier 2011
Lun 22 Juil - 18:02 par kunfuka

» Qu'avez-vous déjà pêché dans l'étang de la Broce ?
Ven 3 Mai - 1:18 par groundbait

» Station pas chère...
Jeu 27 Déc - 15:20 par kunfuka

» debutant a la carpe
Dim 25 Mar - 13:48 par icenox94350

» Que pêche t-on dans l'étang de la Maréchale ?
Mar 20 Mar - 11:32 par Monk_er

nombres de visite

Sujet en préparation - La pêche à la cuiller

Aller en bas

Sujet en préparation - La pêche à la cuiller

Message  Administration le Ven 28 Mai - 18:25


Les cuillers

Les cuillers ondulantes




Les cuillers tournantes



La cuiller ou plutôt les cuillers, tournantes et ondulantes, sont des leurres à toujours avoir avec soi. Voici quelques indications sur ces modèles, en fonction de l'animation et du poste prospecté.
La cuiller est certainement le leurre le plus connu pour pêcher le brochet au moyen d'une canne à lancer.
Cependant, si sa réputation n'est plus à faire, il faut bien admettre que de nombreux pêcheurs ignorent encore toutes les possibilités qu'elle propose.
Tournante ou ondulante, elle possède un grand pouvoir attractif sur les grands becs.

La Tournante
La cuiller tournante est le leurre universel par excellence.
Sous son apparente simplicité, elle cache une technologie bien au point.
Car pour être efficace, la palette doit tourner comme une horloge, sous peine de perde une grande partie de ses pouvoirs attractifs.
A ce sujet, la mise au point des pièces mécaniques entrant dans la confection d'une cuiller tournante n'est pas le fruit du hasard, mais répond à des critères bien précis.
Dans le cas de la pêche du brochet, elle doit pouvoir déclencher son attaque, mais aussi faire en sorte que le carnassier puisse bien cibler sa proie dans les derniers instants.
Ainsi, dans la première phase, la cuiller émet des signaux vibratoires mettant en éveil les sens du poisson.
La qualité des signaux émis, c'est à dire l'exactitude des fréquences produites par la cuiller, va permettre la levée de toute inhibition.
Dans la seconde phase, les signaux visuels (œil, branchies, dos…) vont prendre le relais et déclencher l'attaque finale.
Comme le brochet n'est pas particulièrement doué pour se saisir d'une proie qui semble lui échapper, il lui arrive fréquemment de manquer sa prise lorsqu'il est emporté par son élan, l'adjonction d'un pompon rouge ou de tout autre artifice optimisera la qualité des signaux visuels.
Et, par voie de conséquence, diminuera de beaucoup les attaques manquées.

L'autre avantage de la cuiller tournante est la gamme étendue des modèles proposés.
Que vous pratiquiez en rivière, en étang ou en lac, il existe forcément une cuiller dont les caractéristiques répondent parfaitement à votre attente.
La cuiller tournante est classée en deux grandes familles.
Les modèles plombés sur l'axe sont particulièrement efficaces en rivières, car ils autorisent une prospection précise des postes quand le courant capricieux demande un bon contrôle des trajectoires.

La palette peut être de forme allongée à utiliser dans les secteurs ou il y a du courant ou, au contraire, de forme arrondie à privilégier dans des secteurs plus calmes.
Sélectionnés parmi les plus gros numéros de la gamme, ces modèles existent en un vaste choix de couleurs.
Ce détail est de la plus grande importance quand on sait l'incidence de ce paramètre sur les réactions d'agressivité des poissons carnassiers.
Les modèles plombés au-dessus sont, quand à eux, réservés aux pêches en étang et en lac.
Même en l'absence de postes marqués (obstacles immergés ou non), ils autorisent de larges prospections mais aussi le ratissage méthodique des bordures.
Le plomb disposé au dessus du leurre permet un choix plus large en termes de travail et de récupération.
En effet, ce système augmente la vitesse de mise en action de la palette au contact de l'eau.
Ainsi, un brochet embusqué derrière un obstacle bondira plus rapidement sur un leurre dont l'animation est plus lente.
De plus, certains modèles comme la Lusox de chez Mepps ou les cuiller Suissex, possèdent un astucieux système de plombée interchangeable faisant office d'avançon.
Ce qui est très confortable en action de pêche, car il est facile de modifier le poids de son leurre par le biais de cet artifice, en fonction des conditions rencontrées.
Enfin, ce type de cuiller autorise un travail " cassé " du plus bel effet, à la façon d'un poisson mort manié, notamment sur les secteurs les plus exigus.
Des modèles hybrides existent également.
Ils offrent l'avantage de pêcher creux et disposent d'un astucieux système d'axe souple qui leur confère les qualités pêchantes remarquables. (tel le Tandem de Mepps).
L'ondulante
La cuiller ondulante connaît moins de succès que la tournante, bien qu'elle soit le complément idéal de cette dernière et dispose de bonnes qualités pêchantes.
Cette cuiller est faite pour battre du terrain !
Elle est particulièrement efficace quand il s'agit de prospecter de larges étendues ou un parcours encore inconnu.
Les particularités mécaniques de ce leurre sont très simples.
Ce type de cuiller est composé d'un morceau de métal plus ou moins allongé et épais qui résiste à la pression exercée par le pêcheur durant les phases de récupération et d'animation.
De ce fragile équilibre naîtra l'action planante et oscillante d'une ondulante.
Des différences notables de nage sont observées en fonction des formes de cuiller.
Ainsi, un modèle allongé, mince et large, oscillera davantage qu'un modèle court, épais et étroit.
Certaines ondulantes mixtes permettent cependant un compromis intéressant.
La fameuse " S " de Mepps, qui dispose de deux galbes différents, l'un concave, l'autre convexe et d'un leurre souple faisant office de teaser, est utilisée par de nombreux pêcheur.
Quel que soit le type d'ondulante employé, il faut bien admettre que l'action d'un tel leurre est extrêmement efficace pour traquer le brochet.
L'effet, " feuille morte " réalisé dans la phase de descente est particulièrement meurtrier quand il s'agit de déclencher l'attaque d'un grand bec.
Les différentes ondulations provoquées, les éclats de lumière propagés dans l'eau et les vibrations émises ne peuvent laisser maître Esox de marbre.
Mais l'ondulante est un leurre qui ne doit jamais être contrarié, sous peine de perdre un grande partie de son efficacité.
Au contraire, il faut lui laisser le temps de redescendre tranquillement vers le fond, avant d'amorcer une très lente remontée, ou bien lui imprimer un mouvement plus court, mais saccadé, en direction de la surface.
C'est en vertu de cette " liberté contrôlée " que la cuiller s'épanouira.
Et dans ce cas, l'attaque, souvent brutale, vous confortera alors dans votre choix.
Tous les types de secteurs peuvent être prospectés à la cuiller ondulante.
Elle est cependant plus efficace en eau calme, qui nécessite une animation tout en finesse et où il faut prospecter de grandes surfaces.
avatar
Administration

Messages : 724
Points : 1382
Réputation : 5
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum